S U M B A

Galerie photos des tissus en fin texte

 

L''île de Sumba, située à mi-chemin entre Bali et Timor, est un vaste plateau calcaire de plus de 11'000 km2, autrefois recouvert de forêts de santal. Ses habitants (plus de 350'000 aujourd'hui) se partageaient, avant l'arrivée des Hollandais, en trois classes sociales distinctes; les nobles, les hommes libres et les esclaves. L'élevage (chevaux et bovins) fournit la plus grande partie du revenu, mais la production textile, déjà renommée jusqu'en Europe dès le début du XXe siècle, joue aussi un rôle économique important.

Concentrée sur la côte orientale, autour des villages fortifiés des anciens potentats locaux, elle comprend surtout des hinggi, grandes pièces de coton rectangulaires faites de deux lés cousus ensemble. Le travail d'ikat, un des plus spectaculaires de l'archipel, se fait sur la chaîne. La couleur de base est souvent le rouge rouille, kombu, obtenu de l'arbre Morinda citrifolia, suivie par le bleu indigo. Les hinggi sont portés par les hommes, sur les épaules ou autour de la taille, mais ce sont aussi des textiles à usage rituel qui jouent un grand rôle dans les cérémonies d'échange. L'organisation spatiale des motifs n'est pas due au hasard et une lecture structurelle des dessins et de leur disposition est possible. La bande centrale, qui n'est parfois pas colorée, présente souvent des motifs réservés, indiquant le rang du propriétaire. La surface restante montre toujours une symétrie par rapport au centre et elle est souvent divisée en bandes horizontales.

Les motifs que l'on y trouve sont très variés; arbres à crânes, oiseaux, poissons, crevettes, langoustes, serpents, crocodiles, cerfs, figures anthropomorphes, cavaliers, etc... En résumé, un vaste échantillon de formes animales, végétales et humaines d'origine locale, sans oublier des motifs excentriques de provenances diverses tels que : lions héraldiques, portraits de la reine Wilhelmine, bicyclettes et bateaux à vapeur; ou alors, d'origine indienne, comme les motifs patola ou la représentation du combat de Rama contre Ravana. Le lau, sarong de cérémonie porté par les femmes de la noblesse, présente souvent une large bande horizontale décorée grâce à la technique des fils de chaîne supplémentaires flottants. Il s'y rajoute parfois des bandes "ikatées", des bandes faites de perles ou des décorations à base de coquillages.

GEORGES BREGUET / JACQUES MARTIN ©

Collection privée JacOdi
Toutes images sont ©