Groupe de Roluos: Lolei, Preah Ko et Bakong.

                                                                                                                                                        Toutes photos ©

Les historiens divisent habituellement l'histoire de la région en trois; la deuxième est la période angkorienne (en gros du IXème au XVème siècle). Il y a donc une période pré-angkorienne et une autre post-angkorienne.

Les monuments de la région de Roluos, à 13 km à l'est de Siem Reap (Angkor se situe au nord de Siem Reap), sont de la période préangkorienne, celle également de Sambor Prei Kuk présenté ailleurs.  On parle donc des années allant de l'an 600 jusqu'à l'an 900, très approximativement.

Ce qu'il reste de ces constructions, essentiellement en briques (Lolei et Preah Ko), n'en est que plus émouvant.

 

1. Lolei 

                    

 

  

 

Toujours un lieu sacré

La nouvelle pagode et les moines qui y résident
font vivre le lieu.

 

 

 

Fausse porte.

Ces sanctuaires ne comportent systématiquement
qu'une seule ouverture, alors que les trois autres directions
sont dotées de fausses portes. 

    

 

                  

 

                                                                         Linteau en stuc finement décoré (détail)

 

 

 

Fausse porte (grès et stuc)

 

 

 

Fausse porte (grès et stuc), détail

Un Dvârapâla (divinité gardienne), grès.

 

Cette statuaire millénaire, comme toutes les autres,
souffre passablement de l'érosion (effets climatiques,
temps qui passe) et du manque de moyens
de préservation/protection).

 

 

 

2. Preah Ko

                 

 

 

Un Dvârapâla (divinité gardienne), grès.

La même statue photographiée il y a trente ans
par Michael Friedmann (Angkor Résidence des Dieux)
dispose de sa jambe encore intacte.

 

   

   

 

Stuc sur âme de brique.

 

 

 

Personnage de tragédie !

 

 

Preah Ko est construit en brique (comme bien d'autres ouvrages pré-angkoriens) laquelle était recouverte de stuc travaillé dans sa masse.

 

Cela se voit bien dans les images ci-dessus, notamment la colonne à gauche ci-dessus ainsi que dans ces deux fausses portes, à gauche et ci-dessous (avec un détail).

 

Ce que l'on voit aujourd'hui (des tours en briques rouges) n'est donc pas ce que percevaient les gens de l'époque.

 

 

Détail de la fausse porte de gauche

 

 

 

 

3. Le Bakong

 

    

 

Si la pyramide de Bakong est pré-angkorienne

la tour centrale aurait été reconstruite à l'époque d'Angkor.

 Elle est un symbole important de l'art khmer et a certainement
inspiré l'architecte Vann Molyvann pour le Monument de
l'Indépendance à Phnom Penh (1958) ci-contre.

 

 

 

 Monument de l'Indépendance, Phnom Penh (1958)

 au coucher du soleil

(photo JacOdi - 9-11-2010)

 

  

  

 

Travaux sur l'un des sanctuaires situés

au niveau du socle de la tour centrale.

  

 

Interprétations 'artistiques'

ci-dessus et à droite

  

  

 

Depuis la plateforme du Bakong

Vue sur la pagode moderne permettant aux moines
de perpétuer leur présence sur ce sanctuaire.

 

  

 

L'eau toujours présente.

 Elle était au coeur du système d'organisation
 et de pouvoir des royaumes khmers.